L’image qui fait le buzz

Peut-être avez vous vu cette photo tourner sur le net depuis quelques jours…

Elle illustre le combat et toutes les injections faites dans nos parcours pour avoir la joie d’être maman… Je la trouve assez parlante !
Pour en savoir plus, cliquez ici !

Publicités

Il y a 2 ans…

Nous fesions notre entrée en PMA !

Nous attaquions notre premier protocole de Fiv… Le 23 août 2013 au soir, je me piquais pour la première fois au decapeptyl, la première d’une longue série.
Nous étions plein d’espoir, exciter qu’enfin il se passe quelques choses après 3 ans d’essais infructueux, une fausse couche traumatisante et 8 mois de régime.

Il s’en est passé des choses en 2 ans… nombre d’espoirs déçus, de pleurs.. mais aussi toujours le soutien du Docteur Doudou et de son équipe, de nos amis les plus chers… eux qui nous on relevait à chaque échec, qui nous ont encouragé et qui y croyait plus que nous ! Il y a 1 an, je découvrais la blogo et votre soutien…

Et aujourd’hui, le but est atteint, la douleur et les galères de ce parcours du combattant est récompensé par notre pitchounette qui nous a réconcilié avec DNLP… même si on se méfie encore d’elle… elle en a jamais fini celle ci !

Il va falloir que je prenne une décision sur l’avenir de ce blog… que faire…
L’objectif de celui ci était d’avoir un espace pour exprimer ce que nous vivions, j’ai découvert grâce à lui une belle communauté, de belles personnes qui m’ont permis de me sentir moins seule, de voir qu’il y avait toujours de l’espoir même quand l’échec était là. Je ne souhaite pas le fermer, je sais qu’on devra repousser un jour la porte de la pma pour donner un petit frère ou une petite soeur à notre TiteBichonne ! Et comme Docteur Doudou m’a dit dernièrement : « on se revoit bientôt, ses petits frères et soeurs sont chez nous ».

Je n’oublie pas nos 3 pingouins sur la banquise… Ces pingouins chèrement acquis… que j’ai bien l’intention d’utiliser ! Pas tout de suite, on va profiter de notre pitchounette avant, mais dans 1 an, nous remettrons sûrement la machine en route. Je ne veux pas attendre trop longtemps, j’ai 34 ans et je ne me vois pas attendre 2 ou 3 ans avant de penser au deuxième…

Je laisserais sûrement un article de temps en temps pour vous donner des nouvelles ou quand l’actualité me fera réagir… bref on verra !

En tout cas je reste dans le coin pour vous soutenir, vous qui m’avez soutenu, qui avez été là quand ça n’allait pas !

Je voulais vous dire Merci également car c’est aussi grâce à vous qu’on a repris le chemin, qu’on a repris espoir…
Alors j’espère que notre parcours donnera de l’espoir à celles qui sont encore sur le quai… Je pense à vous chaque jour, et j’essaie de trouver les mots pour vous soutenir !
Ma place dans le train est maintenant libre, je vous souhaite qu’elle soit vite occuper par l’une d’entre vous !! Et comme la Reine a enfin libéré la place aussi… y’a 2 places de libre maintenant !

A bientôt à toutes !!

5 semaines qu’elle est là !

image

5 semaines qu’elle fait partie de nos vies… 5 semaines… et on ne sait déjà plus comment c’était avant !
Chaque jour elle évolue, chaque jour nous la découvrons et nous apprenons à devenir ses parents.

Elle a fait une entrée en fanfare dans notre vie… c’est qu’elle était pressée cette petite ! J’ai encore du mal à croire que ce fut si rapide… pas eu le temps de faire ouf, de réaliser que le grand jour était là qu’elle était déjà sur mon ventre, à gigoter…
J’ai à nouveau le vente vide, mais mon coeur est plein de cet amour tant attendu, celui de maman. Elle est la récompense de ces années de galère.
Nous n’oublions pas par où nous sommes passés, ce qu’il a fallu faire, encaisser pour qu’elle fasse partie de nos vies… mais Bordel ! Qu’est ce que ça valait le coup !!! Quelle joie de prendre soin de notre petit coeur !
Alors oui, elle pleure et on comprend pas toujours pourquoi, elle nous fait des trucs dans ses couches dont on se demande d’où elle sort ça, et oui ça fait 5 semaines que j’ai pas dormi une nuit complète, mais ce n’est rien par rapport à l’apaisement que je ressent… ce n’est rien par rapport à la joie de se rendre compte qu’elle me regarde et qu’elle me sourit ! Alors oui, j’ai les seins qui tirent, qui sont gonflés de lait… mais ça n’est rien par rapport à la joie de la voir teter goulument mon sein et remplir son petit ventre de mon lait, ce n’est rien quand je me dis que c’est grâce à moi qu’elle grandit !

Parfois, la nuit je me réveille, me demandant pourquoi elle ne m’a pas encore réveillée pour la tétée nocturne. Je me lève, et je vais voir si elle dort… et mon coeur fond de la voir dormir aussi bien dans son berceau…

Bref, ça sent la guimauve et le chamallow tout mou chez nous… Nous fondons littéralement devant cette petite demoiselle… si petite mais qui occupe déjà tellement de place dans nos vies…

Je vous souhaite à tous et toutes de vivre d’aussi jolis moments très vite… Je sais que pour certaines les temps sont durs, mais la bataille en vaut vraiment la peine ! Alors ne baissez jamais les bras… on sait tous et toutes qu’on peut se décourager, mais quand le bout du chemin est récompensé par l’enfant tant attendu… tout ce parcours prend tout son sens !
Des bises à tous et toutes !

Ma fille

Bonjour ma fille,

Nous t’avons longtemps désiré. Et ce n’est pas une phrase anodine. Un soir de jour de l’an alors que je dansais avec ta maman, j’étais heureux. Je savais que ta mère avait un désir fort qui l’animait. Ce soir là, nous sommes devenus tes parents au plus profond de notre cœur.

Nous ne savions pas encore ce qui nous attendais mais nous étions heureux.
Nous avons donc essayé de t’avoir par nos propres moyens. Nous pensions que ça serait facile. Un matin, j’étais sur le balcon de notre appartement et Leeloo m’y a rejoint. Les larmes aux yeux. J’ai tout de suite compris. En cette seconde, je me voyais déjà papa.
Mais voilà, ce n’était pas encore toi. Nous avons donc essayé encore sans succès jusqu’à ce que nous comprenions qu’il nous faudrait de l’aide.
Nous avons donc fait la connaissance du Docteur Doudou qui a cherché à comprendre ce qui n’allait pas. Nous avons alors commencé un long parcours qui fût rude.
Mais voilà, notre amour a été plus fort que l’adversité.

Pendant ce temps ta grand mère est tombée très malade.
Oui, je te parlerais de ta grand mère plus tard.

Mais voilà un jour nous apprenions la nouvelle, le Docteur Gamètes avait réussi à créer la jeune pousse qui deviendrait ce que tu es devenue aujourd’hui.
Nous avons mis au courant assez vite ton parrain, ta marraine ainsi que tes grand parents. La joie que tu a propagée ce jour là a été immense.
Tu as été le souffle d’espoir, la bouffée d’air pur dont on avait tous besoin.
Tu as donc élu domicile dans le ventre de maman d’où tu as continué à diffuser de l’amour dans cette famille. Lorsque nous parlions de toi à ta grand mère, ça la rendait heureuse.
Malheureusement, sa maladie progressait mais elle était très forte et nous savions tous qu’elle avait besoin de penser à toi, de t’imaginer pour lutter. Elle a été si forte si tu savais. Mais voilà ça n’a pas suffit et ta grand mère est partie. Elle nous a été enlevée. Mais Toi pendant ce temps tu prenais des forces. Tu devenait la réalité de notre rêve. Tu as été très forte. Je suis fier de toi.
Puis un jour tu as décidé que c’était le bon. Tu es arrivée dans nos vies, tu as poussé ton premier cri, je t’ai mis tes premiers habits. Nous t’avons fait ton premier câlin, tu as pris ton premier repas. Oui je vais m’arrêter là. Tout ça pour dire que nous t’accompagnons pour que tu deviennent quelqu’un de bien. Rien de plus. Je ne te pousserait pas à faire tel ou tel autre métier. J’essayerais juste de te pousser à concrétiser tes rêves.
A te pousser à aller plus loin quand tu n’y croira plus mais que tu en sera encore capable. A te stopper quand tu fera fausse route. Je chercherais juste à ce que tu deviennes la meilleure version de toi même.

Alors parfois tu ne comprendra pas mais je t’expliquerais. Parfois tu me détestera mais saches que je t’aimerais.

Saches que tu pourra toujours compter sur moi.

Ton papa.

Salut Maman !

Bonjour maman,

Je voulais aujourd’hui  t’écrire ce petit mot pour deux raisons.

Je ne veux pas te brusquer mais si tu ne fais rien tu vas mourir. Oui je sais, on dois tous mourir un jour mais pour toi ça va être bientôt et long. J’aimerais alors que tu consultes un médecin et que tu lui dise directement qu’un cancer du poumon va t’arracher à la vie ; à ceux qui t’aiment. Peut être alors, que tu pourras rencontrer ta petite fille ou ton petit fils. Tu pourras aussi goûter à cette retraite tant méritée. Tu pourras aussi voyager avec papa. Tu pourras également te mettre à faire ces travaux manuels qui te faisaient envie.

Mais voilà!

Cette lettre, j’aurais voulu te la faire parvenir il y a un an, mais tu ne l’aura jamais. Je ne sais pas comment je vais pouvoir m’en sortir sans toi. Je ne sais pas comment je vais pouvoir gérer ton absence. Je tacherais de faire au mieux. Je sais ce que tu souhaites. Que je ne me trahisse pas ? Ne t’inquiète pas. Je tâcherai en tout cas de te faire vivre dans mon souvenir et en transmettant tout ce que tu m’a appris et tout ce que tu étais.

Maman , je t’aime.

Le jour où tout bascule !!!

Tout à commencer le 6 juillet à 23h30… Nous étions en train de mourir de chaud dans l’appartement… et est arrivé la 1ère contraction. Tout s’est enchaîné très vite… à minuit et demi on a filé à la maternité avec une fréquence de contractions toutes les 3-4 minutes…

Et à 3h58, le 7 juillet, notre fille, notre merveille est née.
Elle fesait 3kg 620 (milliette c’est pour toi) et 52 cm… une magnifique poupée qui m’a offert un joli caca dans mes mains dès sa naissance !
S
Voilà 3 jours qu’elle est avec nous et déjà impossible de se passer d’elle.

J’ai du mal à réaliser qu’elle est bien là, que ce n’est pas un rêve, qu’on vient d’en prendre pour au moins 18 ans… mais elle est bien là, pour le moment si fragile et si forte.
Et dire que tout a commencé il y a 9 mois dans une éprouvette !!

A tous ceux et toutes celles qui attendent encore le train… Ne lâchez rien, continuez le combat… Les instants que nous vivons valent tous les sacrifices que nous faisons pour en arriver là !!

Le jour où il ne reste que 4 semaines !

Nous y voilà… d’ici 4 semaines, bébé sera avec nous, nous aurons enfin résolu le mystère de « Mais quelle tête il a ? » (Grande question du moment de Korben).
La chambre est prête… Nous avons acquis tout ce qu’il faut pour l’accueillir (émotions lors de l’ouverture des paquets de couches ^^). Notre valise est presque bouclée.

Que dire d’autres. La confiance est bien là maintenant, installée… Bébé bouge chaque jour, parfois c’est même une vraie brute ^^ ! Mais c’est tellement bon de le sentir… Je me répète, mais c’est vraiment le truc le plus fun de la grossesse. Le reste ne m’éclate pas du tout. Mon surnom serait « Tamalou » en ce moment : bassin et hanches douloureuses, bas du dos qui fait mal aussi ! Dormir est de plus en plus compliqué. Je suis réveillée à chaque fois que je me tourne dans le lit (Youpi) et j’ai tendance à exprimer mes douleurs par de magnifiques « Aïe aïe aïe » et autres « OuYouyouille » à la grande « joie » de mon Korben ! Je vous passe les chevilles enflées par la rétention d’eau et l’impression d’être une tortue ashmatique quand je marche… Bref, il paraît que ce sont les joies de la grossesse 😕 ! Vivement que bébé soit là que nous goûtions aux joies d’être parents !!

L’arrivée de bébé nous fait changer aussi quelques peu nos perspectives. Nous nous lançons doucement dans un projet d’achat immobilier. Nous avons très envie d’une jolie petite maison pour accueillir les premiers pas de Titbichon ! Il nous reste à voir notre conseiller bancaire pour voir de quel budget nous pourrions disposer… ensuite, nous attaquerons les visites !

Voilà rien d’extraordinaire à raconter. Mes jours sont d’une banalité sans nom… je profite chaque jour des joies de ma grossesse et du bonheur de sentir mon bébé ! Il nous est difficile de vraiment réaliser que dans 4 semaines notre vie va changer à tout jamais… Cette sensation est grisante et flippante à la fois !
J’ai attaqué depuis vendredi un traitement homéopathique pour préparer l’accouchement ainsi qu’une tisane sensé préparer le col… Demain avant dernière séance d’haptonomie où nous allons aborder l’accouchement et les gestes à faire le jour J !

Je pense bien fort à vous ! Julys, je croise bien fort pour que les bulles d’espoirs s’accrochent, et que tout ce que vous avez fait porte enfin de jolis fruits !
Milles pensées pour toutes les autres qui vivez des moments d’attente, de stress et d’angoisse… je vous souhaite à toutes de vite concrétiser vos désirs et de vivre les mêmes joies…
Je vous embrasse bien fort !